Au deuxième jour de cette compétition, le film russe Léto de Kirill Serebrennikov était présenté dans la Catégorie Sélection Officielle. Un biopic sur le rocker Viktor Tsoi. L’équipe du film a foulé le tapis rouge ce soir-là, mais un absent : le réalisateur. Kirill Serebrennikov, assigné a résidence en Russie, il est accusé de fraude massive.

Le réalisateur, Kirill Serebrennikov, n’a pas pu se rendre à Cannes pour défendre son nouveau film Léto dû à son assignation à résidence en Russie. Même si le réalisateur n’était pas présent, l’équipe du film lui a rendu hommage depuis le tapis rouge. Ils ont fièrement arboré une banderole : « Kirill Serebrennikov », et des badges avec le portrait du réalisateur. Ce jour-là, la montée des marches et l’entrée de l’équipe du film dans le Grand Théâtre Lumière ont eu une résonance particulière.

La dernière décision de justice, lors de son procès, allongé à nouveau son assignation à résidence jusqu’en juillet 2018. La venue du réalisateur à Cannes en mai, pour présenter son film, était compromise. Les français n’ont pas attendu pour riposter. Le secteur culturel français s’est mobilisé, en effet, plus de cinquante figures du monde artistique ont écrit et adressé une lettre à l’ambassadeur de Russie en France. Le Festival de Cannes lui aussi a réagit, mais en vain.

« Je n’ai commis aucun crime. »

Le réalisateur a été arrêté le 22 août 2017 pendant le tournage de son film Léto. Depuis, 9 mois, il vit reclus dans son appartement à Moscou en résidence surveillé, son procès est en cours. Accusé de détournement de fond, il aurait, selon le kremlin, détourné des subventions allouées par le ministère de la Culture Russe pour la mise en œuvre de son projet « Plate-forme » au théâtre. Les accusations porteraient sur 68 millions de roubles (environ 1 million d’euros). C’est le comité d’enquête, soit le bras judiciaire du Kremlin qui est en charge de l’affaire. Il a été depuis auditionné devant la cour du district Basmanny de Moscou, mais à chacune de ses auditions, il a déclaré : « Je n’ai commis aucun crime ». À la suite de quoi, les juges ont prolongé son assignation à résidence.

 

Sacha Sacenda

Catégories : A la plume