Pour son premier film, Joe Penna met en scène la survie de son héros incarné par Mads Mikkelsen.

 

 

Une séance de minuit et un titre évocateur nous immergent directement dans l’ambiance d’Arctic. Suite à un crash d’avion, le héros incarné par Mads Mikkelsen, se retrouve piégé en Arctique. Le drame est passé lorsque débute le film, pendant les vingt premières minutes, on découvre le quotidien d’un homme qui a organisé sa survie. Installé dans la carcasse d’un avion, signe d’un accident déjà lointain, le héros est méticuleux. Son quotidien est organisé, chaque jour il affronte les températures polaires pour entretenir le « SOS » géant qu’il a gravé dans la neige afin de signaler sa présence dans les airs, il rationne les poissons qu’il pêche et utilise un émetteur pour détecter des signes de vie.

 

Joe Penna, Maria Thelma Smáradóttir et Mads Mikkelsen à la montée des marches le le 9 mai 2018

(Source : Andreas Rentz / Getty Images Europe)

Ô grand Mads Mikkelsen

Presque trop réaliste, Arctic ne met pas en scène un Mads Mikkelsen débordant d’énergie qui saura franchir chaque obstacle qu’il rencontre. Au contraire, c’est un personnage qui souffre et qui rencontre d’énormes difficultés durant sa survie. Dans Arctic, vous ne trouverez pas le grand méchant qui fera du tort au héros, pas de love story non plus avec le personnage secondaire incarné par Maria Thelma Smáradóttir, c’est un film simple où chaque situation est une épreuve.

Finalement, tout le film repose sur son héros danois, à 52 ans, l’acteur incarne un héros intelligent, tenace mais surtout, son charisme fait d’Arctic un film qui sort du lot puisqu’il ne rentre pas dans les codes. Pour son premier film, le youtubeur et désormais scènariste Joe Penna a su sortir son épingle du jeu en proposant un film de survie qui ne ressemble pas aux autres.

 

Arnaud Peytier