Au niveau -1 du Palais, la réalité virtuelle s’invite au travers de 33 exposants sur 1500m² du 8 au 13 mai. L’espace Next est entièrement consacré à cette technologie immersive et aux innovations dans le milieu du cinéma. Cette année, les festivaliers y découvrent de nombreuses nouveautés.

« Mettre en avant toutes les problématiques liées à l’évolution du cinéma et à de nouveaux genres », c’est le rôle de l’espace Next selon Camille, coordinatrice du lieu situé au Marché du Film.

Ca se traduit notamment par l’inauguration du Blockchain Corner cette année. Les spécialistes y présentent des modèles économiques basés sur la technologie blockchain pour financer et la distribuer des films. Cette technologie est une immense base de données qui permet de sécuriser tous les échanges et transactions entre internautes sans passer par un intermédiaire. Camille nous explique les avantages de ce système dans le milieu du cinéma.

Les deux premières conférences ont d’ailleurs envisagé l’avenir du septième art à travers la technologie blockchain. Autre sujet favori des conférences : la réalité virtuelle (VR) et son rôle à jouer dans le cinéma. « Qui a peur de la VR ? Peut-elle remplacer le cinéma traditionnel ? », ce sont les questions auxquelles devaient répondre des intervenants de la boîte de productions autrichienne Amilux Films. Pour Camille, la VR est un genre cinématographique en devenir.

150 films en VR à disposition

Autre nouveauté de l’espace Next, c’est la librairie de 150 films en VR soit « le double de ce qu’il y avait l’année dernière ». Une vraie fierté pour la coordinatrice du lieu. Tous les festivaliers qui possèdent le badge « Marché du Film » peuvent accéder à ces courts-métrages immersifs et les visionner grâce aux diverses technologies présentes (Oculus Rift, Playstation VR…).

Sensations et Positron

S’immerger dans une nouvelle narration ne passe pas seulement par la vision en 360°. Les sensations autour permettent de passer au stade supérieur. Cette année, le stand MK2 (production, distribution de films et exploitation de salles) a pu faire profiter les festivaliers du fauteuil Positron. Ce fauteuil spécial et très prisé peut simuler des secousses et améliore ainsi l’expérience du spectateur.

MK2 fait d’ailleurs partie des exploitants à proposer des séances en VR, notamment à Paris. Ces salles spéciales se développent lentement en France en raison du coût des technologies actuelles. Les spectateurs doivent débourser 24€ pour rester 50 minutes dans l’espace VR parisien.